La Charte des Droits du Narrateur

La Charte des Droits du Narrateur

En tant que personne, vous avez le droit de raconter votre histoire, ce qui n’est généralement pas reconnu par la communauté psychanalytique. Une fois que vous éprouvez personnellement le pouvoir d’élaborer et raconter vos propres histoires, il est naturel que vous revendiquiez vos droits d’auteur. La puissance des histoires est trop importante pour être contrôlée et administrée par un agent extérieur.

Article 1

  • Chacun a le droit de définir son expérience et ses problèmes à l’aide de ses propres mots et expressions.

Article 2

  • Chacun a le droit pour sa vie d’être compris en prenant en compte le contexte de ce qu’il a subi et le contexte de ses relations avec les autres.

Article 3

  • Chacun a le droit d’inviter ceux qui sont importants pour lui à participer au processus de débarrasser sa vie des effets des traumas.

Article 4

  • Chacun a le droit que les problèmes causés par les traumas et les injustices ne soient pas localisés en lui, à l’intérieur, comme s’il était lui-même insuffisant ou inadéquat. La personne n’est pas le problème, le problème est le problème.

Article 5

  • Chacun a le droit que ses réponses aux traumas soient reconnues. Personne ne reçoit passivement les traumas. Les gens réagissent toujours. Ils protestent toujours contre l’injustice.

Article 6

  • Chacun a le droit de voir ses compétences de survie reconnues et honorées.

Article 7

  • Chacun a le droit de savoir et de se rendre compte que ce qu’il a appris à travers les difficultés peut contribuer à d’autres vivant des situations similaires.

Source : texte proposé par David Denborough, Dulwich Centre